vendredi 12 février 2010

Compte rendu des 3e Assises de l'Intelligence Economique

Le thème de ces 3e Assisses de l'Intelligence Economique était "Quels profils pour quels besoins ?" (1). En attendant le compte-rendu officiel de l'IGPDE, nous pouvons d'ores et déjà dégager deux points essentiels de ces Assisses. Le premier, positif, est que l'IE a trouvé sa place en tant que politique publique. Tant l'Etat que les entreprises commencent à lui accorder l'intérêt qu'elle mérite. Le second point est moins enthousiaste, nous constatons en effet que nos entreprises assimilent encore trop souvent l'intelligence économique à de la veille, l'étendant quelques fois à la protection des informations. Les dimensions d'anticipation et d'influence sont les grandes oubliées de ces Assises.

La première table ronde a insisté sur le fait que le système de formation à l'IE doit être axé sur la maîtrise de l'information, les étudiants devant être capable de délivrer une information analysée avec pertinence et non seulement des données brutes.

La deuxième table ronde a, quant à elle, souligné que l'IE ne constitue pas une discipline à part entière, et qu'elle doit par conséquent se greffer sur une formation initiale reconnue. La nécessité d'arrêter d'opposer outils et méthodes a été à juste titre mentionnée, puisque celles-ci découlent de l'utilisation de ceux-là, qui varient en fonction des premières. Certains conseils (dont le bon sens n'est pas remis en cause mais qui demeurent cependant réducteurs) ont également été évoquée pour améliorer la formation en IE : travailler à partir de cas réels mettant en évidence les causes d'échecs (nous ajouterons d'ailleurs les causes de réussites) du développement des entreprises, développer des processus de collecte, d'analyse et d'interprétation des informations capables de s'intégrer aux entreprises, et travailler sur le savoir-être lors d'exercices de mise en situation afin de privilégier le travail collaboratif.

La troisième table ronde a témoigné du manque de crédit qu'accordent les entreprises aux formations en intelligence économique, nous permettant clairement de constater que les jeunes diplômés en intelligence économique (IE) demeurent cantonnés à des tâches de veille. Les intervenants ont également mis en exergue l'importance de certaines qualités humaines que possèdent (ou à défaut devraient posséder) les jeunes diplômés en IE, telles que l'éthique, l'intégrité et l'empathie.

Enfin la quatrième table ronde a rappelé le rôle essentiel des ressources humaines dans l'intégration des diplômés en IE ; il faut identifier les profils des candidats à l'embauche et traduire les réflexions stratégiques de l'entreprise dans un référentiel pour l'emploi, de manière à établir une politique de ressources humaines efficace. Il faut par conséquent sensibiliser les dirigeants des entreprises à l'IE afin de leur permettre de mieux cerner ce que peuvent leur apporter les diplômés de cette discipline en termes d'avantage concurrentiel et de compétitivité. En fin de compte il a semblé difficile pour les intervenants de nous faire partager une conception commune de ce qu'est et ce que permet un diplômé en IE, ce qui est d'autant plus dommage que le Mastère spécialisé Intelligence Economique et Management des Connaissances de SKEMA Business School (ESC Lille et CERAM) a quant à lui une conception clairement définie du sujet et délivre de jeunes diplômés en avance sur le marché.

Le constat est sans appel : il existe une véritable demande en IE mais celle-ci manque encore de maturité. Néanmoins, et comme en témoigne le nombre en forte augmentation de participants à ces assises, nous sommes sur la bonne voie, et la France réalise de réels progrès en la matière. Il est cependant dommage que ces Assises n'aient pas été davantage médiatisées. Attendons la parution du compte-rendu officiel en espérant qu'il sera remédié à cet écueil. Quoi qu'il en soit il faut continuer à promouvoir cette discipline, encore jeune en France, mais pourtant indispensable pour assurer la compétitivité de nos entreprises, petites et grandes, dans un contexte aujourd'hui international.

(1) Site de l'IGPDE

Aline Goletto

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire