dimanche 7 novembre 2010

Facebook, encore faible dans ses actions de lobbying

Facebook et son fondateur, Mark Zuckerberg ont une actualité chargée, notamment avec la sortie de "The Social Network", le block-buster Hollywoodien qui relate les péripéties de la création de Facebook. Ainsi régulièrement des informations sont révélées sur la perception particulière qu'a le fondateur de Facebook sur la vie privée, question fondamentale d'un réseau social comme Facebook, comptant plus de 500 millions d'utilisateurs dans le monde. Récemment certains médias ont publié sur l'effort de Lobbying de Facebook pour contrer le "Social Networking Privacy Act" auprès de plusieurs homme politiques Californien.

Ainsi Facebook a dépensé $6,600 pour contrer "The Social Networking Privacy Act" qui empêcherait les réseaux sociaux comme Facebook de partager des informations privées concernant les utilisateurs, telles que l'adresse ou le numéro de téléphone. Facebook a le droit de s'opposer à une législation qui lui impose des exigences réglementaires contraignantes, comme toute société. D'ailleurs, il va sans dire qu'aucune entreprise ne devrait rester les bras croisés et permettre au gouvernement d'imposer des lois restrictives impliquant des frais financiers importants si cela pourrait freiner la croissance de l'entreprise. Mais sur cette affaire, quelle à été l'erreur de Facebook?

Le sénateur Ellen Corbett, le parrain du projet de loi, raconte au journaliste qui a révélé l'affaire lobbying CA que "Facebook a travaillé en coulisse pour tuer le projet de loi". Cette déclaration "puissante" et la révélation d'une action de lobbying par Facebook contre la vie privée laisse évidemment perplexe et met l'entreprise dans une position inconfortable. En effet Facebook est régulièrement attaqué pour son manque de considération de la vie privée de ses utilisateurs. Quoique Facebook aurait gagné en réussissant à tuer ce projet de loi, l'entreprise l'aurait perdu avec la révélation de cette action de lobbying.

Si ce n'était encore que la première affaire concernant la vie privée pour Facebook, le réseau social mondial pourrait se positionner en victime et devenir la figure de proue d'une nouvelle cause. Cependant le Wall Street Journal a récemment exposé une faille concernant des informations de la vie privée de utilisateurs, potentiellement exploitable par des organismes publicitaires, et potentiellement vendue par Facebook. Ce rapport a donné lieu à une injonction du Congrès qui a demandé des explications claires à Facebook. Ironie du sort, Mark Zuckerberg était censé avoir des réponses le jour même ou cette première histoire de Lobbying a éclaté .

L'apparence est une chose délicate en matière de lobbying. Il est important d'être vu par les élus et décideurs comme un défenseur de causes importantes. Pourtant une entreprise ou un particulier ne peut pas prendre toutes les initiatives dans chaque combat ou dans une bataille de lobbying. Ainsi, dans cette effort de Lobbying, une coalition qui comprend Google et Microsoft a également exercé des pressions contre la Loi "The Social Networking Privacy Act" . Facebook ne devrait pas avoir été le "visage" de cet effort de lobbying et devrait avoir consacré son temps et son argent à consolider leurs efforts dans le cadre de la coalition existante Microsoft / Google. Cela leur aurait permis de se battre pour les questions importantes tout en évitant l'attention négative. Au lieu de cela, Facebook s'est exposé dans une affaire qui met en évidence leurs tentatives de maitriser la vie privée des utilisateurs et des lieux.

Sources :

Hugo Amsellem

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire